Prévention

Il est recommandé de prendre rendez-vous dès le plus jeune âge de l’enfant pour réaliser un bilan d’orthodontie complet qui permettra d’établir un diagnostic personnalisé.

À 3 ans, les troubles de la croissance oro-faciale touchent 7 enfants sur 10.

La Haute Autorité Sanitaire a mis en évidence l’impact des différents types de malocclusions sur la santé et plus précisément les dommages tissulaires, la respiration, l’alimentation, l’élocution, l’esthétique et ses conséquences psychosociales. Ces troubles de malocclusion peuvent perturber la qualité du sommeil de l’enfant et sa croissance en général.


Eu égard à la gravité de la pathologie et sa prévalence dans la population jeune, elle recommande de diagnostiquer précocement les dysmorphoses pour qu’elles ne s’aggravent pas avec la croissance en l’absence de traitement et ainsi éviter une dégradation de la qualité de vie chez le jeune adulte. »


« Intervenir le plus tôt possible, c’est offrir une chance à l’enfant » Docteur ROLLET (référent mondial dans le domaine de l’éducation fonctionnelle et des traitements interceptifs)